Chien-guide

L'apprentissage des déplacements avec une longue canne de locomotion rend une personne aveugle ou malvoyante plus autonome dans ses déplacements. L'acquisition d'un chien-guide peut être utile pour donner à cette personne plus d'assurance face aux obstacles de la rue.

D’une magnifique compagnie, le chien-guide demande toutefois une certaine autonomie de départ. Il est donc indispensable d’avoir des compétences en matière de locomotion et d’orientation.

close-up d'un chien-guide

Comment se procurer un chien-guide ?

L’obtention d’un chien-guide n’est pas automatique et si le besoin s’en fait ressentir, la personne devra rencontrer plusieurs collaborateurs de la Ligue Braille pour s’assurer de la motivation et de ses besoins particuliers.

Si la demande est reçue positivement, la personne pourra bénéficier gratuitement d’un chien-guide élevé par les dresseurs de la Ligue Braille.

Jean-Loup Nollomont : J’avais déjà eu des chiens avant, mais je dois dire que cela n’a rien à voir avec un chien-guide. Ashka est formidable, c’est devenu un compagnon fidèle, une présence dont je ne pourrais plus me passer. Avec lui, j’ai maintenant une assurance supplémentaire qui me permet de me déplacer plus loin, je prends désormais les transports en commun, Ashka agit sur moi comme un incitant qui me donne envie de progresser seul.

Comment dresse-t-on un chien-guide ?

La Ligue Braille travaille avec trois dresseurs. Ils assurent le choix et le dressage des chiens-guides qui se déroule en trois phases :
 
  1. Durant les premiers mois, le dressage est identique à celui de tout jeune chien. Le dresseur va lui apprendre les bases : la propreté, l’obéissance générale et l’apprentissage des ordres essentiels.
     
  2. Le chien apprend ensuite les techniques spécifiques indispensables pour guider la personne aveugle en rue. Il apprend à s’arrêter et s’asseoir au bord du trottoir, à repérer les obstacles afin de les éviter ou de les contourner, etc. Il apprend un vocabulaire simple que son futur maître devra maîtriser.

    Le dressage du chien est personnalisé en fonction de l’environnement et de la situation de son futur maître (ville, campagne, etc). Cette 2ème phase demande un travail quotidien de plusieurs mois.
     
  3. La dernière phase va permettre de familiariser le chien avec son nouveau maître. Il se substitue petit à petit au dresseur. Après une période d’acclimatation, la personne aveugle apprend, avec le chien-guide, les techniques de déplacement.
Une personne aveugle se déplace à l'aide d'une canne blanche et de son chien-guide.