Le Goalball : sport tactique et esprit d'équipe

Pictogramme représentant le Goalball

Aveugles ou malvoyants et sportifs ? Il existe une multitude de sports adaptés aux personnes déficientes visuelles ou même créés spécifiquement pour elles. 

C'est le cas du goalball. Il s'agit d'un sport paralympique de ballon réservé aux athlètes atteints d'un handicap visuel. Inventé en 1946 par un autrichien, Hanz Lorenzen, et un allemand, Sepp Reindle, le goalball était au départ un moyen d'aider à la réhabilitation des vétérans aveugles ou malvoyants. En 1976, le sport apparaît pour la première fois au programme paralympique, lors des Jeux d’été de Toronto.

Comment joue-t-on au goalball ?

Aujourd'hui, hommes et femmes peuvent jouer à ce sport qui exige technique, force et concentration. Chaque équipe est composée de 3 joueurs sur le terrain, alternativement défenseur et attaquants. L'objectif est de marquer le plus grand nombre de « goals » en faisant rouler la balle jusque derrière la ligne de but de l'équipe adverse. Celle-ci tentera de protéger son but en faisant barrage de son corps. 

Le terrain n'est pas très grand : 18 m sur 9 m. Les buts prennent toute la largeur du terrain sur une hauteur de 1,40m. En général, les défenseurs sont en position accroupie, prêts à plonger et à se détendre afin de barrer la voie à la balle et protéger ainsi leur but. 

La balle, qui pèse 1,25kg, est parsemée de 8 trous et contient de minuscules clochettes permettant de la repérer. Une compétition de goalball dure 2 x 10 minutes de jeu. Il règne une atmosphère particulière lors de ces rencontres : les spectateurs, comme les joueurs, doivent respecter le silence le plus complet. Seul le raisonnement des clochettes, émis par la balle, se fait entendre et indique aux joueurs où elle se trouve, c'est cela qui leur permet de se déplacer en conséquence. 

Ci-dessous une vidéo de la Chine affrontant les Etats-Unis lors des Jeux Olympiques de Pekin en 2008.

En Belgique, une équipe nationale masculine de première division représente la Belgique aux jeux paralympiques et aux championnats. Il existe également deux équipes francophones et six équipes néerlandophones, qui participent à divers championnats. 

Membre de l'équipe nationale masculine, Youssef Bihi joue au goalball depuis près de 15 ans.

Ce qui me plaît le plus, c'est de gagner en équipe. Il est impossible de gagner seul, c'est un sport très tactique. La stratégie de l'entraîneur est importante et le travail de toute l'équipe également. Ce que je préfère c'est cet esprit d'équipe, le fait d'être de véritables coéquipiers.

Adolescent, il jouait au torball et a concouru à la relance du goalball en Belgique. Depuis deux ans, il est entraîneur des jeunes espoirs à Bruxelles. Ce sport est essentiel pour lui.

J'adore me surpasser. C'est un jeu très physique et il faut tout donner. Les équipes européennes sont les meilleures du monde. Sentir votre responsabilité au sein de l'équipe c'est important, c'est une sacrée pression mais quand on arrive à passer au dessus c'est génial. C'est pour ça que j'essaie toujours de me surpasser.

Un moment fort des Jeux paralympiques de Londres.

Youssef Bihi a participé aux Jeux paralympiques de Pékin et de Londres, des moments forts.

Avant les Jeux de Londres, on n'avait jamais battu le Canada en compétition officielle. Notre premier match était contre eux, la Reine Paola et le Prince Laurent assistaient au match. Ça nous donnait encore plus envie de les battre, on voulait vraiment se surpasser. Alors j'ai dit à l'équipe « Si on est en confiance, on va y arriver. Il faut qu'on marque les premiers pour les faire douter dès le départ». On les a battu 4-1. C'était un moment très émouvant de gagner ce match devant plus de 7.000 personnes.

Jenifer Wallerand joue au goalball depuis 3 ans en club et aussi en équipe féminine :

C'est un sport qui est tactique et qui permet beaucoup de mouvements. L'ambiance est chaleureuse. C'est aussi très chouette de pratiquer un sport reconnu par le mouvement paralympique. C'est juste dommage qu'il n'y ait pas plus de joueuses. 

En effet, la Ligue Handisport recherche encore des joueuses motivées afin de constituer une équipe nationale féminine. Toutes athlètes qui seraient intéressées peuvent contacter : sabrina.rys@handisport.be.  

Pour plus d'infos sur les clubs de goalball de la Ligue Handisport (2 clubs, à Bruxelles et à La Louvière) consulter leur site web : www.handisport.be et pour les clubs de goalball de Parantee (6 clubs, Anvers, Hasselt, côté belge, ...) : www.parantee.be

Attention, si vous utilisez un lecteur d'écran pour visiter ce site, les modules suivants ne sont pas entièrement accessibles. Ils permettent de partager cette page sur Facebook, Twitter ou Google+.