Jacques Salomé : de la vivance dans la voix

Portrait de Jacques Salomé.

Psychosociologue français spécialiste de relations humaines et auteur de 64 livres sur l'amour, la communication, les relations, Jacques Salomé a profité d'un passage à Bruxelles pour venir enregistrer un de ses livres dans le studio de la Ligue Braille. Nous l'avons rencontré. 

Qu'est-ce qui vous a motivé à enregistrer un livre pour les personnes aveugles ?

En mars dernier, j'étais arrivé avec un peu d'avance pour ma séance de signatures à la Foire du Livre de Bruxelles. En déambulant dans les allées, j'ai été attiré par une étrange cabine, sur le stand de la Ligue Braille. Elle invitait le public à y enregistrer un dialogue. J'ai trouvé l'initiative très sympathique et cela m'a donné envie de venir enregistrer un de mes livres dans votre studio. Comme je venais à Bruxelles pour une conférence début mai, j'en ai profité pour réaliser cet enregistrement avant de repartir pour la Provence où j'habite.

Vous aviez déjà fait ça, lire à voix haute pour un enregistrement ?

Oui, j'ai déjà enregistré pour une maison d'édition en France et puis il y a longtemps, au Québec. Ce n'était pas destiné à des personnes aveugles, mais bien aux hommes, qui ne lisent pas, mais écoutent des livres pour faire passer le temps dans les embouteillages...

Lequel de vos livres avez-vous choisi de lire ici ?

Il s'agit d'un recueil de nouvelles : « Je croyais qu'il suffisait de t'aimer ». C'est un livre sur les péripéties de l'amour, les émerveillements qu'occasionne le fait d'aimer et d'être aimer, les désespérances qui peuvent surgir, l'amour dans toutes ses facettes, entre les gens, pour un métier, pour une région, ...

Portrait de Jacques Salomé au studio d'enregistrement de la Ligue Braille

Vous dites que les mots sont indispensables pour communiquer, mais insuffisants pour créer une relation vivante. Pour cela il faut aussi les gestes, le toucher, les émotions, le regard... Les personnes aveugles sont privées du regard. Comment peuvent-elles créer cette relation vivante ?

Le regard n'est qu'un élément... il y en a tant d'autres. Le toucher, par exemple, un toucher qui ne prend pas mais qui transmet. La respiration, les vibrations, le silence expriment aussi des tas de choses. Les personnes aveugles ont une capacité d'écoute extraordinaire. Quand j'étais étudiant au Québec, nous cohabitions à plusieurs, dont une jeune femme aveugle qui savait écouter le silence. Si je réfléchissais à quelque chose, elle l'exprimait avant même que j'ai eu le temps de formuler ma pensée. 

Vous avez l'art d'exprimer simplement des situations ou réalités complexes : est-ce un talent de fin psychologue ou de bon communicateur ?

Je viens d'un milieu modeste, ma mère avait arrêté l'école à 12 ans et faisait des ménages, son mari lui lisait le journal. Mon fil conducteur a toujours été de veiller à ce que ma mère puisse lire et comprendre mes livres. Et elle les a tous lu. Je tiens beaucoup à rendre mes propos simples et accessibles à tous, je n'utilise pas de 'gros mots', entendez des mots savants. Par contre, j'en invente, comme la 'vivance' ou la vie éveillée, qui bouge. Certaines personnes ont beaucoup de vivance, d'autres en ont moins, sont plus éteints. Un autre mot inventé est 'l'aimance' ou la qualité de l'amour en mouvement.

Quel est le message que vous auriez envie de transmettre aux personnes déficientes visuelles ?

Qu'une des plus belles rencontres dans la vie, c'est la lecture. Dans mon adolescence, j'ai été gravement malade et immobilisé pendant 5 ans. La lecture m'a sauvé la vie. J'ai dévoré des centaines de livres. La lecture stimule l'immensité de la pensée.

Attention, si vous utilisez un lecteur d'écran pour visiter ce site, les modules suivants ne sont pas entièrement accessibles. Ils permettent de partager cette page sur Facebook, Twitter ou Google+.